La lutte contre l’épidémie de Covid-19 a fortement réduit l’agenda de Bonjour Minuit : nous avons dû fermer nos portes au public le 13 mars dernier, réouvrant uniquement en septembre et octobre, avant à nouveau de suspendre les concerts.

Mais derrière nos portes closes, l’activité a tout de même continué en 2020 ! Voici 5 chiffres pour comprendre ce que nous avons fait depuis la mi-mars :

19

Le nombre de groupes que nous avons accompagnés tout au long de l’année. Des rendez-vous conseil à distance, des temps de résidence, nous avons tout fait pour garder le lien avec les artistes que nous soutenons et les aider à continuer à créer.

5

Les projets d’action culturelle que nous avons pu maintenir malgré tout. La majorité a eu lieu dans des établissements scolaires, grâce au soutien des équipes pédagogiques que nous remercions vivement, d’autres se sont déroulés avec nos partenaires sociaux briochins. « Rhizomes », « Racine en Chantier », « Oniri 2070 », « Voisins, Voisines » et les ateliers MAO avec Alter Real, retrouvez toutes les informations dans notre magazine Major Tom.

2962

Le volume d’heures d’embauche d’intermittent·e·s (artistiques et techniques). Avec l’annulation de tous les événements culturels, les intermittent·e·s se sont retrouvés face à une impossibilité totale de travailler. Nous avons donc eu à cœur d’embaucher le plus régulièrement possible les équipes artistiques et techniques, lors des temps de résidence principalement. Par ailleurs, sur les concerts annulés nous avons également maintenu leurs embauches.

448

Le nombre d’heures consacrées aux résidences d’artistes. Si l’accompagnement fait partie de nos missions habituelles, avec la suspension des concerts nous avons redistribué les budgets et fortement augmenté le nombre de résidences accueillies, permettant ainsi le travail scénique et l’embauche d’intermittent·e·s.

110 280

La somme que nous avons redistribuée sur le territoire. Derrière nos portes closes ou hors-les-murs pour l’action culturelle, nous avons loué du matériel, acheté des repas, investi dans des équipements, embauché en direct ou sollicité des prestataires, etc. Cela représente ainsi plus de 110 000 € dépensés auprès d’entreprises et d’intermittent·e·s des Côtes d’Armor.

Données du 13 mars au 31 décembre 2020.